LA THÉORIE DES JEUX ET NÊGOCIATIONS INTERNATIONALES DES MATIĖRES PREMIĖRES STRATÉGIQUES

La théorie des jeux analyse les actions des individus conscients du fait que leur comportement influence celui des autres. Nous illustrons par un exemple, pour comprendre comment deux agents économiques interagissent. Si dans un petit village existe deux boulangeries, chacun fait son choix sur le prix de son pain, leur vente journalière dépend du prix pain que chacun aura choisi. Dans cette situation illustrative, les deux boulangeries participent à un jeu définit par la concurrence. Les clients de deux boulangeries ne figurent pas parmi les joueurs puisqu’ils ignorent les effets de leurs actions sur le comportement de deux boulangeries.


L’application de la théorie des jeux correspondante à notre recherche en cours de réalisation, se réfère à l’exemple de pays membres de l’OPEC, qui choisissent leur production annuelle selon les quotas fixés. Cet exemple illustre bien l’application de la théorie des jeux en économie international.


L’Arabie Saoudite sait que les ventes du pétrole du Kuwait dépendent de prévisions de la production qu’elles auraient effectuée. Et la production des autres membres de l’OPEC dépend du prix fixé par le marché mondial du pétrole.

Le modèle illustratif de l’OPEC suppose que la demande de pétrole ne puisse prendre que deux valeurs prédéterminées.Au début du jeu, la nature détermine au hasard si la demande sera forte ou faible, en affectant, par exemple aux deux événements des probabilités oscillant entre 30% et 70%. Même si les deux acteurs de jeu ont toujours adoptent les actions identiques, l’existence d’une action aléatoire implique que le modèle génère une prévision. Ceci implique les différentes réalisations du jeu qui dépendent de l’action aléatoire.


La théorie des jeux fournit un ensemble de techniques mathématiques pour analyser des situations dans lesquelles l’utilité de chaque agent dépend non seulement de ses propres actions, mais aussi des actions des autres. De plus, dans ces situations, tous les agents prennent en comptent cette interdépendance lorsqu’ils décident des actions à prendre.


Le but de la théorie des jeux est d’aider les économistes et décideurs publics à comprendre et à effectuer des prévisions quasi exactes sur les événements futurs qui se réaliseront dans un contexte économique.


La théorie des jeux peut est divisée en deux branches principales, dont la théorie des jeux coopératifs et non coopératifs. Le facteur déterminant dans le choix de type de jeu à adopter est dans la qualité d’information disponible, qui peut être symétrique ou asymétrique. Ce qui est intéressant de cette approche de la théorie des jeux est l’application de fameux dilemme du prisonnier, illustré et argumenté par Albert.Tucker. Le dilemme du prisonnier a suscité un grand intérêt parmi les économistes et philosophes.


Nous avons eu l’opportunité de fréquenter le cours d’économie appliquée dispensée par Giovanni Dosi, au Département de l’économie appliquée de la Faculté de statistique de l’Université de Rome. Cet enseignement nous a inspiré d’envisager une recherche empirique sur la théorie des jeux et négociations internationales de matières premières stratégiques.


Ce document est une synthèse de notre recherche, qui avait commencé en 2014, et interrompue à cause de manque d’un directeur de recherche et d’une bourse.


Le but de la recherche envisagée est de montrer comment certains problèmes pratiques, de relations économiques internationales, comme ceux des avantages comparatifs et échanges internationaux, difficiles à traiter avec la théorie économique standard, trouvent une solution satisfaisante avec l’utilisation de la théorie des jeux. Ces solutions ont des propriétés claires, bien définies et économiquement interprétables.


Enfin, nous aboutissons à une conclusion en reconnaissant que la théorie des jeux a exercé peu d’influence sur la théorie des relations économiques internationales. Malgré ce constat, nous tenons d’expérimenter la théorie de VON NEUMANN et MORGENSTERN aux négociations internationales des matières premières stratégiques, utiles pour la survie de l’innovation technologique.



Read 372 times Last modified on lundi, 23 mars 2020 16:50